La presse

jeudi 30 mars 2017

Vendredi au hall de Paris : Cali à nu et à vif

Le personnage ne laisse pas indifférent. Certains l'adulent, d'autres font mine de le dédaigner avec une pointe de snobisme, ainsi en est-il du sort réservé aux plus grands. Cali aura depuis une quinzaine d'années et une poignée d'albums, fureté de sa tête bien faite et chercheuse dans les tréfonds de la pop sautillante, du rock héroïque, de la chanson à texte avec comme fil rouge un cœur gros comme ça. Le Catalan insoumis à la sa fine silhouette, aux cheveux en bataille et aux yeux clairs comme l'espoir sera sur la scène du Hall de Paris ce vendredi à 21 heures, programmé par Moissac Culture et Moissac Culture vibrations.

Entretien avec cet écorché vif de la scène française, un artiste abordable, vrai.



votre dernier album, «les choses défendues», propose 14 titres au bel équilibre entre rage contenue et textes profonds et émouvants.

Peut-on parler d'album de la maturité ?

«Je suis effectivement arrivé avec cet album à quelque chose qui me ressemble. À une époque de ma vie, je voulais «oublier» certaines choses, aujourd'hui, je veux me rappeler. Et j'ai pu travailler avec des gens qui comptent pour moi, notamment Edith Fambuena à la production. Mais j'aime assez l'idée que l'album de la maturité, il est encore devant moi !»

Pour cette tournée, vous semblez privilégier les petites et moyennes villes. Qu'est-ce qui a motivé votre choix ?

«C'est le tourneur qui a privilégié les petites et moyennes salles, dans des lieux à taille humaine. Je suis en effet seul devant le public, avec ma guitare, mon harmonica, sur une scène reconstituant la chambre de mes quinze ans, avec une relecture très personnelle de chansons qui auront compté dans ma vie.»

On connaît votre capacité à vous indigner et à vous engager. Que pensez-vous de la campagne pour les élections présidentielles ?

«Affolé, triste, désabusé, en colère ! On nous vole la campagne, on ne parle que des affaires. Je préfère soutenir des associations qui œuvrent sur le terrain. Le handicap, le mal-logement, l'accueil des migrants… C'est sur le terrain que ça se joue, il est là le véritable engagement.»

Tarifs : PT 28  ; TR 24  ; TAB 20  ; pour les moins de 12 ans 8 €. Moissac Culture, Tél. 05 63 0500 52.