La presse

mercredi 08 mars 2017

Tom novembre : un amour de poésie intimiste et burlesque

Ce «récital» de Tom Novembre, nous en avons vécu ce jeudi 2 mars, en flash-back, la dernière répétition. L'heure où l'artiste se pose les dernières questions, peaufine les derniers réglages. L'heure où tout s'affole, où évidemment le matériel en profite pour livrer ses dernières facéties, et où toutes les évidences s'écroulent à la pression qui monte.



Comment bon sang vais-je introduire cette chanson? Chapeau ou pas chapeau? Lumière bleue? Poursuite? Tom Novembre seul sur scène pendant près de deux heures nous aura fait vivre ce temps mouvant de l'ultime répétition, avec toute une galerie de personnages satellites savoureux. La ficelle burlesque est bien éprouvée, et elle fonctionne à merveille : Tom Novembre exagère à l'excès les poncifs sur ses personnages bien typés, avec toute la folie et la poésie nécessaire. Le vigile est bête comme ses poings, le producteur faux-derche et véreux, le journaliste verbeux et inconsistant, le fan aussi exaspérant et collant que le sparadrap du capitaine Haddock. Mais le clou du spectacle, c'est l'irruption de ce technicien simiesque qui met la pagaille sur scène, avec ce clin d'oeil peut-être involontaire au roi Louis du livre de la jungle... Tom Novembre fait montre sans être démonstratif de son immense talent de comédien caméléon. Et puis, il y a les chansons... épurées, délicieusement laid back, aux textes faussement insouciants, elles font mouche à tous les coups. Des rappels en cascade, où l'on apprend que ce «récital» en est à son crépuscule, avant la préparation d'un nouveau spectacle. Merci à Moissac Culture pour nous avoir offert une telle soirée de sourire et de poésie intimiste, et gageons que Tom Novembre repassera par Moissac lors de ses prochaines aventures, car on en redemande.