La presse

mercredi 26 juillet 2017

Un premier bilan plus que satisfaisant pour le 21e

Le Festival des Voix, qui s'est déroulé du 15 au 25 juin à Moissac, vient de fermer ses portes, et ses organisateurs dressent un premier bilan positif de cette 21e édition : «On n’est pas loin des 22 000 visiteurs, contre 16 000 l’année dernière», a confié Jean-Marc Fuentes, directeur du festival. 

Et malgré une équipe de bénévoles réduite, « tout le monde a été à la hauteur cette année ». Côté programmation, trois concert ont affiché complet dont Imany, Luc Arbogast et Noa. « On a eu que des retours positifs sur la qualité des spectacles. Il y en avait pour tous les goûts, et toutes les générations. Et ça faisait longtemps que je n’avais pas eu cette sensation d’aboutissement », a quant à elle, expliqué Véronique Garcia, chargée de la communication.



Déjà quelques noms pour la prochaine édition

Côté bénéfices, « on n’a pas encore les chiffres, mais tout ce que l’on souhaite, c’est d’être rentabilisé ». Au lendemain de la clôture du festival, les organisateurs notent déjà les pour et les contre, les choses à ne pas faire ou celles qu’il faut affiner pour l’année prochaine. « Tout n’est pas parfait on le sait. Il y a des choses à travailler, comme les déjeuners sur l’herbe, le tarif des petits spectacles, ou encore sur la communication dans les villages, mais on avance, et le retour du public, des artistes, mais aussi, des partenaires est de plus en plus important », a ajouté Jean-Marc Fuentes, déjà sur le qui-vive pour la prochaine édition.

D’ailleurs, celle-ci aura lieu du 14 au 24 juin 2018. Les artistes Idir et Souad Massi sont déjà programmés, ainsi que les Ogres de Barback en collaboration avec Guillaume Lopez et ses invités.

Le show époustouflant de Bukatribe

Si le lieu est quelque peu insolite pour accueillir des concerts, le cloître de Moissac a bien collé à la musique d'inspiration médiévale de Luc Arbogast. L'abbaye a accueilli ce samedi 24 juin, le chanteur révélé par «The Voice» en 2013. Mais si l'émission l'a fait connaître du grand public, Luc Arbogast vit de sa musique depuis une quinzaine d'années. En habits d'époque, le chanteur a présenté son dernier album «Metamorphosis» , aux sonorités plus électroniques que le précédent «Odysseus» Ses fans sont parfois venus de loin l'applaudir en ce lieu magique. Ce fut un concert plein d'énergie, dans l'émotion également, et riche en bonnes vibrations, et en chaleur humaine. Un magnifique spectacle !

Luc Arbogast a enflammé le Cloître

Si le lieu est quelque peu insolite pour accueillir des concerts, le cloître de Moissac a bien collé à la musique d'inspiration médiévale de Luc Arbogast. L'abbaye a accueilli ce samedi 24 juin, le chanteur révélé par «The Voice» en 2013. Mais si l'émission l'a fait connaître du grand public, Luc Arbogast vit de sa musique depuis une quinzaine d'années. En habits d'époque, le chanteur a présenté son dernier album «Metamorphosis» , aux sonorités plus électroniques que le précédent «Odysseus» Ses fans sont parfois venus de loin l'applaudir en ce lieu magique. Ce fut un concert plein d'énergie, dans l'émotion également, et riche en bonnes vibrations, et en chaleur humaine. Un magnifique spectacle !

Chapeau bas à Calypso Rose, la reine incontestée du calypso

C'était un des événements attendus de cette 21e édition, l'entrée en scène, ce dimanche 25 juin, de Calypso Rose. Et c'est devant près de 1000 personnes, que cette grande dame de la musique caribéenne, âgée de 77 ans, a enflammé le public du hall de Paris. C'est dans un chaleureux esprit festif qu'elle et son orchestre, ont communiqué leur musique, mais aussi sa présence sur scène pleine d'humour et de facéties. Sourire aux lèvres du début à la fin, ce fut une immense leçon d'humour, de générosité et d'humanité.

Un sans-faute pour Imany

Ambiance vivante et très festive ce vendredi au cloître, qui affichait complet à l'occasion de la venue d'Imany, tête d'affiche de ce 21e festival des voix. Le public très vivant a largement participé, et les allées du cloître se sont transformées en piste de danse improvisée. Pour sûr, la chanteuse comptait de vrais fans dans les spectateurs ! Sa voix chaude et puissante a magnifiquement résonné dans l'enceinte du cloître. Les jeux de lumière s'invitant dans les voûtes du monument rajoutaient au ravissement du spectacle. Ses chansons aux inspirations soul, folk et blues, ont conquis un large public, titres qu'elle a repris en cette belle soirée, de son premier succès «You will never know» aux morceaux de son dernier album «The wrong kind of war» , mais aussi des reprises : «Bohemian rapsody» du groupe anglais mythique Queen, ou «Sign your name» tube de Terence Trent d'Arby.

San salvador : un ovni vocal

Le groupe San Salvador, véritable ovni vocal et percussif tout droit venu du Limousin a proposé un magnifique final ce dimanche 25 juin au Patus. Des textes puisés dans le patrimoine de l'Occitan des hauts plateaux du Massif Central, scandés haut et fort, à six voix en boucles très rythmées. Une vraie fraicheur!

PAULINE BRASSART